Régiment du Service Militaire Adapté de La Réunion
Sainte

Sainte-Barbe, sainte patronne des sapeurs est fêtée chaque année dans les unités du Génie.

Fille du riche et voluptueux Dioscore, elle naquit près de Nicomédie, province de Bithynie en Asie mineure.

sainte-barbe

Vers l'an 230, son père partant en expédition l'enferma dans une tour afin, dit la légende, « de soustraire sa beauté resplendissante aux assiduités de quelques jeunes seigneurs ».

A son retour, Dioscore, païen jaloux, retrouva sa fille convertie au Christianisme.

Désespérant de vaincre sa résistance, bien qu'elle n'eut que 16 ans, il la traduisit devant Marcien, gouverneur de la Bithynie.

Il commanda qu'elle fût « dépouillée, toute nue, meurtrie à coups de nerfs de bœuf, déchirée avec des ongles de fer, à avoir les seins coupés et à être ignominieusement promenée toute nue par la ville de Nicomédie ».

Devant sa constance, Dioscore requit contre elle un arrêt de mort. Il s'offrit pour être lui-même le bourreau et son bras trancha la tête de Barbe.

C'est alors que, s'en retournant à la Cour triomphant et fier de son zèle à servir les idoles de l'état, il fut, « par le ciel, frappé d'un coup de foudre qui mit son corps en cendres et précipita son âme maudite dans le fond des enfers, pour enrager avec les démons ».

Plus tard, le corps de Sainte-Barbe fut exhumé solennellement et ses reliques transportées en divers pays.

Le culte de la martyre a été florissant dès le IVème siècle. Par son geste vengeur, elle s'était révélée Puissance du feu ; aussi était-il naturel que, dès l'apparition de la poudre, Sainte-Barbe ait été invoquée par tous ceux qui maniaient les nouveaux engins : salpétriers, bombardiers, canonniers et même arbalétriers, honorèrent la Sainte, la choisirent comme patronne et de son effigie, illustrèrent leurs étendards. Les siècles ont passé, la tradition persiste..