Régiment du Service Militaire Adapté de La Réunion
Cyclones

Les cyclones

cyclone Dina

Un cyclone tropical est une perturbation atmosphérique tourbillonnaire se caractérisant par une énorme masse nuageuse d’un diamètre moyen de 500 km, mais pouvant dépasser exceptionnellement 1 000 km. Il naît au-dessus des eaux chaudes tropicales uniquement si des conditions thermiques, géographiques et météorologiques bien définies sont réunies. L’activité nuageuse associée au cyclone est organisée en bandes spiralées qui convergent vers un anneau central où les pluies sont torrentielles et les vents d’une violence extrême. Cet anneau, matérialisé par une muraille nuageuse de 14 à 18 km de hauteur, constitue ce que l’on appelle le mur de l’œil du cyclone. Il délimite une zone centrale « d’accalmie » correspondant à l’œil du cyclone, d’un diamètre très variable, de l’ordre de 40 km en moyenne, et où les vents sont faibles et le ciel peu nuageux.

Le cyclone est associé à une zone de basse pression atmosphérique (ou dépression) très creuse. La pression centrale est généralement inférieure à 960 hPa (hectoPascal), voire 900 hPa pour les cyclones les plus intenses, sachant que la pression atmosphérique moyenne habituelle est de 1 013 hPa. Cette différence de pression entre le cœur du système et sa périphérie est à l’origine des vents violents du cyclone.

Par définition, un cyclone tropical est une dépression d’origine tropicale dans laquelle la vitesse des vents maximaux, moyennée sur 10 minutes, est  égale ou supérieure à 118 km/h, sachant qu’à ce stade, les rafales maximales peuvent déjà atteindre 170 km/h.

Ainsi, en pratique, les conditions cycloniques correspondent à des vents de plus de 150 km/h en pointes. Les vents associés à des rafales comprises entre 100 et 150 km/h rentrent dans la catégorie des vents forts « non cycloniques »

Haut de page

Les systèmes d’alertes cycloniques et de vents forts


En cas de menace cyclonique, le préfet déclenche les alertes prévues au plan de secours spécialisé « Cyclones » (PSS Cyclones) afin d’avertir en temps utile la population. Ce système d’alerte a permis de faire chuter considérablement le nombre de victimes et l’ampleur des dégâts provoqués par un cyclone. Le plan prévoit deux niveaux d’alerte, l’alerte orange et l’alerte rouge, précédés d’une phase de vigilance et éventuellement suivis d’une phase de prudence :

  • La pré-alerte cyclonique :

Il s’agit d’une mise en garde contre le péril cyclonique. Une perturbation cyclonique évolue dans la zone ; elle présente une menace pour La Réunion sans pour autant qu’un délai puisse être indiqué de façon précise ;

  • Alerte orange :

La menace se précise. Il peut y avoir danger pour l’île dans les 24 heures. Les établissements scolaires et les crèches ferment mais la vie économique continue ;

  • Alerte rouge :

elle indique que le danger cyclonique est imminent ; le cyclone ou la tempête affectera l’île ou sa périphérie immédiate dans les heures qui suivent. En alerte rouge, toute circulation est formellement interdite et il est interdit de sortir de chez soi. La population dispose d’un préavis de 3 heures pour se mettre à l’abri et prendre toutes mesures propres à assurer sa sécurité et celle de ses proches ;

  • la phase de sauvegarde :

La menace cyclonique est écartée mais des dangers demeurent suite au passage du phénomène (réseau routier totalement ou partiellement impraticable, arbres arrachés, fils électriques à terre, radiers submergés, éboulements, etc.). Tous les établissements scolaires et les crèches restent fermés. La circulation peut être partiellement ou totalement interdite.

En cas de risque de vents forts non « cycloniques » (entre 100 et 150 km/h en pointes), associés au passage au loin d’un cyclone ou d’une tempête ne justifiant donc pas l’activation du plan « Cyclones », mais pouvant avoir des conséquences néfastes sur tout ou partie de l’île, c’est le plan « Évènements Météorologiques Dangereux » (EMD) qui s’applique. Météo-France diffuse alors des bulletins de vigilance « vents forts », assortis de conseils de comportement  permettant l’information de la population. En cas de désordres importants, le préfet peut en déclencher la phase de sauvegarde dont l’objectif est d’organiser les secours aux populations.

Pour plus d'informations :

Pensez à bien commencer votre réserve cyclonique aux environs du mois de novembre

Haut de page

.