Régiment du Service Militaire Adapté de La Réunion
Saint

Saint-denis la plus grande ville de l'Outre-Mer français, chef-lieu du département de La Réunion, avec plus de 132 000 habitants, ses habitants sont appelés les Dyonisiens.


14 279 hectares son territoire est limitrophe de ceux de La Possession, Sainte-Marie et Salazie. Culminant à 2 276 mètres d'altitude, la Roche Écrite est le plus haut point de la commune.


Saint-Denis possède un patrimoine historique hors du commun, ses monuments, parcs, musées et cases créoles sont une lecture à livre ouvert de son histoire.


Les différentes phases de son peuplement en ont fait une vitrine ethnique de l'Océan Indien, Africains, Blancs, Malgaches, Asiatiques, Indiens, Comoriens, Mauriciens s'y côtoient, image d'une Réunion multiculturelle, multiethnique, fraternelle et chaleureuse.
La ville de Saint-Denis bénéficie d'un développement moderne, industrie, technologique, unités de recherches, université française, université de l'Océan Indien, bibliothèque, médiathèque, théâtres, centres culturels, elle est la Capitale administrative, financière et économique, intellectuelle de l'île. Saint Denis regroupe le 1/3 des entreprises de commerces, de services et d'industries de l'île.


La commune accueille un tribunal administratif compétent sur l'ensemble de l'île et sur les Terres australes et antarctiques françaises.
Elle accueille également le siège des Forces armées de la zone sud de l'océan Indien.


Cette Capitale est en constante mutation et connaît un rayonnement de plus en plus étendu touchant l'ensemble de L'Océan Indien.
Source : www.mi-aime-a-ou.com

Carte et plan : http://www.mi-aime-a-ou.com/saint_denis_carte_plan.php

Haut de page

Un peu d’histoire

Le blason de la capitale de l'Île de La Réunion évoque d'une façon imagée les différents aspects de l'île.
Il fut créé par M. Christol de Sigoyer, Conseiller municipal créole sous le Second Empire.
Ce blason fit l'objet d'une délibération du Conseil municipal du 13 février 1866. L'écu timbré d'une couronne murale, à cinq merlons d'or, maçonnée et ouverte de sable est posé sur un rayonnement de quatorze feuilles de phénix d'argent.
Il est soutenu d'une ancre du même mouvant de la pointe retenant un listel d'or aux retroussis de gueules brochant sur le feuillage et chargé de la devise empruntée à un texte d'Horace en lettres romaines de sable "Praeter omnes angulus ridet".
Plus que tous, ce coin de terre me sourit". Au 1er d'azur à la galère d'argent voguant sur des ondes du même mouvant de la pointe, au 2ème d'or à deux palmiers de sinople posés sur une île soutenue à senestre d'un îlot du même, au chef de sinople chargé d'une chaîne de trois volcans d'argent : celui du centre, sommée d'une nuée fumante de gueules, la dite chaîne soutenue d'une autre chaîne de cinq monts de sinople.

La Réunion ne fut occupée de façon permanente qu'à partir de l'arrivée d'Etienne Regnault, premier gouverneur en 1665. Débarqué à Saint Paul, il décida de s'établir à Saint Denis en 1669, car, disait-il " son ancrage était le meilleur, ce lieu était destiné à devenir le centre du commerce et du gouvernement

En 1665 : la Compagnie des Indes décide l'expédition d'une flotte vers l'île.
L'escadre quitte la Rochelle le 14 mars 1665. Elle comprend une houcre de 60 tonneaux, le " Saint-Denis ".
Au cours de l'expédition, à Ténériffe, ce vaisseau perd contact avec le reste de la flotte, il vient ancrer dans la baie du chef-lieu en 1667 devant l'estuaire de la future rivière de Saint Denis.
Au nom de la profonde amitié qu'il exprimait pour Chanlette, commandeur du houcre " Saint Denis ", Etienne Régnault, Gouverneur de l'époque, nomma le futur chef-lieu de l'île, Saint Denis.
Saint-Denis fut au III ème siècle, vers l'an 250, l'un des sept évêques missionnaires envoyés sous Dèce en Gaule et devint évêque de Paris, ville où son culte lié à un martyr fut très populaire.
Un regard jeté sur la Cathédrale de Saint-Denis permet de voir le martyr de Saint-Denis et ses deux compagnons Rustique et Elentère condamnés à la décapitation, une des scènes les plus émouvantes de l'église, une page éloquente de cette lutte terrible livrée par Saint-Denis.

En 1671 : Jacob Banquet de la Haye, vice-roi des Indes approuve le projet de faire de Saint-Denis, le chef-lieu. Mais cette décision ne sera officialisée que 69 ans plus tard, en 1738, sous l'autorité de Mahé de Labourdonnais, Gouverneur de la Compagnie des Indes.
Saint-Denis compte alors 2 166 habitants. Mahé de Labourdonnais fit entreprendre à Saint-Denis constructions : un pont débarcadère pour le transport des cafés, la fortification du palais du gouvernement, l'installation de batteries devant la baie au Butor et au Cap Bernard, la construction d'un fort à la Redoute avec une Poudrière, enfin une nouvelle église.

En 1771 : L'ordonnateur de Crémont va donner à Saint-Denis son aspect définitif en faisant tracer par le chevalier Banks le plan de la ville où figurent les principaux bâtiments de la ville. Le nombre des rues fut fixé à, 12 dans le sens Est-Ouest, et 7 dans le sens Nord-Sud.
Au début du 19 ème siècle, Saint-Denis et plus particulièrement la Redoute sont le théâtre de la bataille qui décida du sort de l'île et de la victoire anglaise.

En 1815 : l'île est rendue à la France, Saint-Denis va enfin jouer son rôle de capitale dans une île devenue indépendante. Une nouvelle période s'annonce avec l'énergique Gouverneur Milius qui dote Saint-Denis de plusieurs édifices :
- Un nouveau pont débarcadère au Barachois.
- En 1825 un collège Royal, une école de jurisprudence
- En 1830 un théâtre.

En 1832 : la cour Royale qui siégeait auparavant à Saint-Paul, s'installe à Saint-Denis.

En 1834 : on édifia le Palais Colonial ( actuel Muséum ). Le commerce se développe et nécessite l'installation de marines supplémentaires. C'est à cette époque que furent créés, la Banque Colonial,

En 1852 : le Muséum d'Histoire Naturelle, la Société Sciences et Arts, l'Hôtel de Ville, le pensionnat de l'Immaculé Conception.

En 1868 : de graves émeutes ont lieu à Saint-Denis. A la suite du vote par le conseil Général de subsides importants aux fondations religieuses, des mécontents réagissent violemment.
Saint-Denis suit dans les dernières années du 19 ème siècle, l'histoire et l'évolution économique de l'île toute entière. Lors de la seconde guerre mondiale un événement mémorable survint à Saint-Denis, l'arrivée en rade du contre torpilleur le Léopard, d'une compagnie des Forces Française libres et celle du Gouverneur Capagorry. Celui-ci fut le dernier gouverneur de l'île car le 19 mars 1946, le parlement Français votait la loi de Départementalisation, faisant de La Réunion un département Français.

En 1991 : Événements dans le quartier du Chaudron. Des émeutes anti-gouvernementales font 10 morts à Saint-Denis.
Source : www.mi-aime-a-ou.com

Haut de page

.